TOKYO – 05 octobre 2018

Ce jeudi, le président du FMI a appelé à une refonte globale du système économique du Japon. Etant à ce jour à la 3ème place mondiale, le pays du soleil levant possède en effet une croissance visant à un vieillissement rapide du pays.

Le Premier ministre actuellement en place (pour un dernier mandat), Shinzo Abe, possède une politique basée sur les réformes structurelles. Conjointement à cela, Christine Lagarde explique qu’il pourrait être temps d’élargir les principes de base liés au Japon. La population du pays étant vouée à diminuer d’environ ¼ durant les 40 prochaines années, certaines mesures doivent être prises afin de ne pas aggraver la situation.

L’une des solutions serait, d’après Mme Lagarde, de faire plus d’efforts dans le but de réduire l’écart entre les sexes sur le marché du travail japonais. En effet, même si Abe cherche à introduire un plus grand nombre de femmes sur le marché du travail, il a été vivement critiqué pour n’avoir laissé qu’une seule femme sur les 25 membres de son nouveau cabinet.

Lagarde a déclaré: “Je pense qu’encourager l’emploi à long terme pour les femmes japonaises serait certainement l’une des réponses aux défis du jour.” Effectivement, la participation des femmes quant à l’économie du pays est particulièrement faible, comparé aux autres puissances mondiales.