tremblements de terre japonAujourd’hui même, une secousse de faible magnitude se fit ressentir sur l’archipel nippon. Aucun accident, aucun blessé. Et cependant, même si la plupart des tremblements de terre au Japon restent inoffensifs pour la population, certains peuvent se révéler être dévastateurs et meurtriers.

Séismes, catastrophes naturelles du Japon

Causes des tremblements de terre au Japon

Chaque année, le Japon subit plusieurs centaines de séismes et typhons en tous genres, répartis à travers l’ensemble du pays. La cause de ces nombreuses secousses est simple : la situation géographique ainsi que l’effet tectonique des plaques.

En effet, de par sa position et sa condition d’île, le Japon subit une menace sismique permanente, faisant continuellement planer un nuage puissant et meurtrier sur le sol nippon. Le pays se trouve sur la « ceinture de feu du pacifique », à cheval entre quatre plaques tectoniques importantes : celle du Pacifique, celle d’Amérique du Nord, celle de l’Asie ainsi que celle des Philippines. L’interaction de ces trois plaques fait du Japon l’une des zones sismiques les plus actives de la Terre.

Du fait de ces catastrophes régulières, le Japon s’est vu développer, au fil des années, diverses sensibilisations, normes strictes et constructions antisismiques dans le but de protéger la population. Généralement, ces moyens permettent de gérer avec facilité la majorité des catastrophes naturelles du pays. De plus, divers services et autres organisations humanitaires sont régulièrement mis en place afin d’aider aux reconstructions.

Le Japon a appris à vivre avec les tremblements de terre et cherche toujours de meilleurs moyens de s’en prévenir. A cela viennent s’ajouter les typhons ainsi que de violentes éruptions volcaniques pouvant parfois causer de nombreuses pertes (plus de 50 personnes furent tuées lors de l’éruption du Mont Ontake en 2014). Pour prévenir ces éruptions, la majorité des volcans sont surveillés en permanence par l’agence météorologique du Japon.

Séismes les plus dévastateurs de l’histoire

  • 13 juillet 869, séisme de Jogan : Tremblement de magnitude 8.3, causant la mort de plus de 1.000 personnes dans la préfecture d’Iwate. La ville de Tagajo fut grandement détruite par la catastrophe.
  • 31 décembre 1703, séisme et tsunami de Genroku : Tremblement de magnitude 8, causant la mort de plus de 110.000 personnes dans l’Edo. La plupart des personnes furent tuées par le Tsunami et non par le séisme.
  • 28 octobre 1707, séisme de Hoei : Tremblement de magnitude 8.6, causant la mort de plus de 5.000 personnes dans la péninsule de Kii. Ce séisme reste à ce jour l’un des plus violents que le Japon ait connu.
  • 24 avril 1771, séisme de Yaeyama : Tremblement de magnitude 8, causant la mort de plus de 10.000 personnes dans les îles Yaeyama. Le séisme fut suivi par l’un des plus grands tsunamis de l’histoire.
  • 24 décembre 1854, séisme de Nankai : Tremblement de magnitude 8.4, causant la mort de plus de 10.000 personnes à Nankai. Des dégâts à Kyushu ainsi qu’un Tsunami de plus de 7 mètres furent enregistrés.
  • 15 juin 1896, séisme de Sanriku : Tremblement de magnitude 8.5, causant la mort d’environ 22.000 personnes dans la préfecture d’Iwate. C’est la seconde grande catastrophe enregistrée dans la préfecture d’Iwate.
  • 1er septembre 1923, séisme de Kanto : Tremblement de magnitude 8.3, causant la mort d’environ 140.000 personnes lors d’un gigantesque incendie à Tokyo.
  • 11 mars 2011, séisme de la côté pacifique du Tohoku : Tremblement de magnitude 9, causant la mort de plus de 15.000 personnes dans le Tohoku. Ce séisme est à ce jour le plus violent que le Japon ai connu.

Au cours des années, les séismes et autres catastrophes naturelles ont causés de nombreuses pertes au Japon. Cependant, le pays a appris à prévoir et à se protéger du mieux possible face à ces événements.