TOKYO – 20 septembre 2018

Parmi les plus grandes villes du monde telles que Paris, New-York ou encore Londres, c’est Tokyo qui remporte la première place des tarifs d’abonnement téléphoniques les plus chers du marché. En effet, là ou un Français moyen dépense environ 15 euros par mois, un Tokyoïte, lui, débourse près de 65 euros, soit environ 7 500 Yens (et donc 4 fois plus qu’un Parisien lambda).

Ce mercredi, le ministère de l’Intérieur et des Communications a effectivement dévoilé un comparatif entre diverses grandes villes du monde, et ce, concernant les tarifs relatifs aux services de communication. Les chiffres portent sur les frais de l’année 2017 et sur un service unique, à savoir un forfait à 5 giga-octets de capacité de données (il s’agit en effet du service le plus répandu à l’international en ce qui concerne les smartphones).

En comparant les chiffres avec ceux obtenus en 2014, le bilan de l’évolution du marché téléphonique montre une certaine inégalité dans le développement et dans la gestion d’un marché qui, à ce jour, touche une part majoritaire de la population. Pour une baisse d’environ 70% des tarifs concernant les villes de Londres, Paris ou encore New-York, Tokyo n’enregistre qu’une baisse de 10% (le prix à Séoul a baissé de 30% entre 2014 et 2017).

Les chiffres relevés pour la capitale Japonaise seraient la résultante d’un certain retard dans la diffusion des smartphones à faible coût par rapport aux autres pays. En réponse à cette situation, un sous-groupe politique du Conseil de l’information et des communications a décidé de créer cinq nouveaux comités chargés d’examiner des tâches telles que la réduction des frais de téléphonie mobile.