shamisenShamisen

Le Shamisen (三味線) signifiant littéralement « trois cordes parfumées », est un instrument de musique traditionnel Japonais. Faisant parti de la famille des cordes pincées, le Shamisen est un luth à manche long et lisse, utilisé dans plusieurs variétés de musique. En effet, les cordes sont accordées en fonction du style musical recherché.

Histoire du Shamisen

C’est sous la Dynastie Yuan que la Chine développe le Sanshi, instrument de musique à 3 cordes recouvert de peau de serpent, lui-même emprunté et dérivé d’un instrument provenant de l’antiquité Egyptienne, le Nefer. Cent ans plus tard, à la cour Ryûkyû et sous la dynastie Ming (au milieu du xvie siècle, après les premières importations de l’instrument sur l’île d’Okinawa), Akainko, musicien de génie, reforme l’instrument en créant ainsi le style de musique de Ryûkyû.

Au début de la période Edo (1603-1868), le commerce s’étant développé, le Shamisen commence à se rependre sur les autres îles du Japon, notamment Kyushu et dans les alentours de Kyoto. Cependant, de par la difficulté, la rareté et la valeur de la peau de serpent, certains instruments se voient la remplacer par un substitue plus accessible, comme la peau de chien.

C’est durant cette période, sous le règne de Toyotomi Hideyoshi à Kyoto, que le Shamisen prendra sa forme encore connue aujourd’hui. Quelques années après la création du Shamisen traditionnel, celui-ci devient l’instrument de prédilection des Geïshas et du Kabuki.

Composition du Shamisen

Le Shamisen, de la famille des cordes, est un luth mesurant entre 110 et 150 cm fabriqué généralement en bois de santal ou de cognassier (pour le manche et le corps) et de peau de chat, chien ou serpent (pour le Shamisen d’Okinawa) recouvrant le reste de l’instrument. Le « Do » représente la caisse en bois recouverte de peau et le « Sao » représente le manche ou « le cou » de l’instrument. Enfin, le « koma », pont permettant d’amplifier les sons produits par les cordes, qui peut varier en taille, poids et matériel utilisé, permettra de faire varier le type du son produit.

Le manche, long et fin, est paré de 3 cordes en soie ou en nylon donnant sa classification de cordophone (le son provient de la vibration des cordes) à l’instrument. Les accords sont réalisés en fonction de la tessiture du chanteur accompagné par la mélodie.

Les 3 types de Shamisen les plus courants sont le « hosozao », le « chuzao » et le « futazao».

Jouer du Shamisen

Le Shamisen se pratique posé à genoux sur un zabuton. Les trois cordes de l’instrument, appelé « honchochi », « ni agari » et « san sagari », permettent de faire varier le son produit afin de changer l’atmosphère recherché par la mélodie. Ces cordes sont pincées à l’aide d’un bacchi (plectre généralement en ivoire), permettant d’amplifier les sons en offrant un effet différent d’un pincement avec les doigts.

La mélodie traditionnelle du Shamisen varie entre mélodie et longs silences destinés à appuyer les notes et le contexte. Les chants populaires veulent que l’instrument accompagne un ou une chanteuse, lors de spectacles, festivals ou cérémonies.