TOKYO – 26 septembre 2018

Ce mardi, le tribunal de grande instance d’Hiroshima a autorisé la réouverture d’un réacteur au sein de la centrale nucléaire d’Ikata, dans la préfecture d’Ehime. L’accord donné a été justifié par le fait que les craintes d’une éruption volcanique pouvant endommager la centrale étaient sans fondement réel (une injonction provisoire avait en effet été décidée pour cause de divers risques liés à des activités volcaniques dans la préfecture voisine).

Suite à la décision du tribunal, Shikoku Electric a annoncé que le redémarrage du réacteur serait effectué durant la journée du 27 octobre. En effet, celui-ci restera inactif le temps de l’entretien destiné à une remise en fonction opérationnelle.

L’Autorité de réglementation nucléaire du Japon a déclaré: «En tirant les leçons de l’accident nucléaire de l’usine Fukushima, nous continuerons d’imposer des réglementations strictes, basées sur des connaissances scientifiques et techniques ».

Malgré la décision du tribunal, les habitants des préfectures d’Oita, de Kagawa ou encore de Yamaguchi, continuent de se battre pour tenter de faire définitivement arrêter le réacteur. Ou tout du moins, de prolonger la durée de l’injonction initiale. Cependant, les diverses entreprises de services publics espèrent pouvoir remettre en service plusieurs autres réacteurs et centrales.