période kofun

période kofun

Epoque Kofun, Histoire du Japon

La période des Kofun (古墳時代), précède la période Asuka et succède à la période Yayoi. C’est une ère caractérisée par les grandes sépultures, notamment les rizières concentrées autour du Kansai. L’expression Kofun désigne les tertres funéraires trouvés sur Honshu et Kyushu, indiquant alors une substitution des chefs de clans en faveur des premiers grands seigneurs, régnant sur des territoires beaucoup plus vastes.

A cette époque, les Chinois appellent le pays ou la période « Yamato », sur lequel régnerait la grande prêtresse Himiko.

Selon la chronologie du Japon, la période Kofun est la plus ancienne retranscrite dans l’histoire du pays.

Histoire et Société Kofun

La période Kofun voit apparaître le régime politique Yamato, royaume fondé par un puissant seigneur ayant pris le contrôle des régions de Honshu et de Kyushu. Arrive alors la naissance de puissants clans dirigés par des seigneurs, chacun étant sous la protection divine d’un ou plusieurs Kami. Les prières et cérémonies sacrées en l’honneur des Kami sont donc particulièrement pratiquées par l’aristocratie et la lignée royale de la cour Yamato. La cour Yamato est la première à mettre en place un réel système administratif dans le pays. A ce moment, les plus puissants clans du Japon se trouvent être les Soga, les Katsuraki ainsi que les Heguri.

Ainsi, c’est la naissance d’un Japon en tant qu’Etat reconnu. Les grands seigneurs obtiennent leurs titres royaux directement des dirigeants Chinois et des autorités religieuses du pays qui les gratifient à titre divin. L’épée d’Inariyama permet aux empereurs d’y graver leurs noms afin de justifier leur descendance et leur titre.

Caractéristiques de la période Kofun

La période Kofun est caractérisée par ses tumulus en forme de trou de serrure et entourés de douves, qui ont permis à des archéologues de retrouver des objets anciens tels que les haniwa (statues en argile), les miroirs, armures et divers armes. Le plus grand Kufun, dans la région d’Osaka,  contiendrait la dépouille de l’empereur Nintoku.

Cette ère datant d’avant l’introduction de la religion bouddhiste au Japon, elle se trouve être en partie façonnée d’après la culture shinto.

La culture matérielle de cette époque montre que le Japon avait déjà une influence économique avec l’ensemble de l’Asie. En effet, c’est durant la période Kofun que la Chine importe des outils tels que les miroirs, les premiers métiers à tisser ainsi que la technique de la sériciculture.

Cette avancée technologique a permis de voir les premiers cavaliers en armures et armés d’épées et de lances. On parle de la naissance des méthodes militaires en Asie, augmentant ainsi le pouvoir et la puissance des seigneurs.