TOKYO – 12 octobre 2018

Le gouvernement japonais prévoie la mise en place d’un nouveau visa de résident permanent, destiné aux ouvriers étrangers souhaitant travailler au Japon. Cependant, cela ne concernerait à priori que certains domaines de spécialisations bien précis.

En effet, seront éligibles les ouvriers du domaine de l’agriculture, des soins infirmiers ou encore de la construction. De plus, ceux-ci devront obligatoirement maîtriser un certain niveau de japonais. Cette solution permettrait de pallier au manque de travailleurs et de main-d’œuvre lié au vieillissement du pays.

Ainsi, ce sont deux principaux types de statuts qui seront initialement proposés :

  • Le premier type de statut sera accordé aux demandeurs validant certaines conditions minimales pour son obtention. Ceux-ci se verront délivrer un visa pour une durée de 5 ans, mais ne seront pas autorisé à faire venir les membres de leur famille avec eux.
  • Le second type de statut sera accordé aux ouvrier hautement qualifiés et sachant parler un Japonais avancé. Ces ouvriers se verront offrir un visa d’une durée de validité de 10 ans et seront autorisés à amener les membres de leur famille avec eux.

Pour être éligible à l’un des statuts, les ouvriers devront réussir les examens conduits par les ministères responsables de chaque industrie.

Les entreprises qui souhaitent les employer devront également respecter certaines conditions, notamment le versement de salaires égaux à ceux offerts aux travailleurs japonais.

D’ici avril prochain, moment où cette nouvelle politique vis-à-vis des travailleurs étrangers devrait voir le jour, le gouvernement prévoie de mettre en place une agence entièrement dédiée à la prise en charge de ces derniers.