kanas japonais

kanas japonais

Les Kanas

Dans l’apprentissage du Japonais, les Kanas sont tout simplement indispensables. Il s’agit de la première chose à apprendre, avant même tout vocabulaire ou tout Kanji. Les Kanas représentent la base littéraire à acquérir pour la lecture du Japonais.

Qu’est-ce que les Kanas ?

Les Kanas (仮名) représentent les différents caractères de l’alphabet Japonais. Chaque caractère représente une more (son émis lors de la phonation) et est donc différent de l’alphabet latin qui lui est basé sur des phonèmes. Dans l’écriture Japonaise, les Kanas sont utilisés en complément des Kanjis et se trouvent donc dans tous types de textes, qu’il s’agisse d’une lettre, d’un document officiel, du journal ou encore d’un roman. Contrairement aux Kanjis, les Kanas permettent de définir phonétiquement la langue Japonaise.

Malgré le fait qu’ils soient beaucoup plus anciens, les Kanas officiels ont été définis et officialisés en 1900, dans le but d’obtenir une classification valable sur l’ensemble du territoire nippon et de limiter certaines dispersions liées à des régions propres.

La dernière réforme des Kanas date d’après la seconde guerre mondiale. En effet, les caractères ont été revus dans le but de faciliter la compréhension de la lecture.

Hiragana

Les Hiragana sont utilisés pour l’écriture des morphèmes (éléments de mots isolés par segmentation comme à, tu, et, ou…) grammaticaux ainsi que pour l’écriture ou la transcription d’un grand nombre de mots de la langue Japonaise.

De plus, les Hiragana sont également souvent utilisés pour retranscrire et ainsi faciliter la lecture et la compréhension des Kanjis. Tout comme les Kanjis ou les Katakana, les Hiragana se tracent à partir d’un carré imaginaire de taille définie et non variable.

Tableaux des Hiragana

あ (a) い (i) う (u) え (e) お (o)
か (ka) き (ki) く (ku) け (ke) こ (ko)
さ (sa) し (shi) す (su) せ (se) そ (so)
た (ta) ち (chi) つ (tsu) て (te) と (to)
な (na) に (ni) ぬ (nu) ね (ne) の (no)
は (ha) ひ (hi) ふ (fu) へ (he) ほ (ho)
ま (ma) み (mi) む (mu) め (me) も (mo)
や (ya) ゆ (yu) よ (yo)
ら (ra) り (ri) る (ru) れ (re) ろ (ro)
わ (wa) を (wo/o)
 ん (n)
が (ga) ぎ (gi) ぐ (gu) げ (ge) ご (go)
ざ (za) じ (ji) ず (zu) ぜ (ze) ぞ (zo)
だ (da) ぢ (ji) づ (zu) で (de) ど (do)
ば (ba) び (bi) ぶ (bu) べ (be) ぼ (bo)
ぱ (pa) ぴ (pi) ぷ (pu) ぺ (pe) ぽ (po)
きゃ (kya) きゅ (kyu) きょ (kyo)
しゃ (sha) しゅ (shu) しょ (sho)
ちゃ (cha) ちゅ (chu) ちょ (cho)
にゃ (nya) にゅ (nyu) にょ (nyo)
ひゃ (hya) ひゅ (hyu) ひょ (hyo)
みゃ (mya) みゅ (myu) みょ (myo)
りゃ (rya) りゅ (ryu) りょ (ryo)
ぎゃ (gya) ぎゅ (gyu) ぎょ (gyo)
じゃ (ja) じゅ (ju) じょ (jo)
ぢゃ (ja) ぢゅ (ju) ぢょ (jo)
びゃ (bya) びゅ (byu) びょ (byo)
ぴゃ (pya) ぴゅ (pyu) ぴょ (pyo)

Katakana

Les Katakana sont utilisés pour la transcription des termes étrangers ainsi que pour la retranscription de plusieurs mots issus de la langue chinoise.

Tableaux des Katakana

ア (a) イ (i) ウ (u) エ (e) オ (o)
カ (ka) キ (ki) ク (ku) ケ (ke) コ (ko)
サ (sa) シ (shi) ス (su) セ (se) ソ (so)
タ (ta) チ (chi) ツ (tsu) テ (te) ト (to)
ナ (na) ニ (ni) ヌ (nu) ネ (ne) ノ (no)
ハ (ha) ヒ (hi) フ (fu) ヘ (he) ホ (ho)
マ (ma) ミ (mi) ム (mu) メ (me) モ (mo)
ヤ (ya) ユ (yu) ヨ (yo)
ラ (ra) リ (ri) ル (ru) レ (re) ロ (ro)
ワ (wa) ヲ (wo/o)
ン (n)
ガ (ga) ギ (gi) グ (gu) ゲ (ge) ゴ (go)
ザ (za) ジ (ji) ズ (zu) ゼ (ze) ゾ (zo)
ダ (da) ヂ (ji) ヅ (zu) デ (de) ド (do)
バ (ba) ビ (bi) ブ (bu) ベ (be) ボ (bo)
パ (pa) ピ (pi) プ (pu) ペ (pe) ポ (po)
キャ (kya) キュ (kyu) キョ (kyo)
シャ (sha) シュ (shu) ショ (sho)
チャ (cha) チュ (chu) チョ (cho)
ニャ (nya) ニュ (nyu) ニョ (nyo)
ヒャ (hya) ヒュ (hyu) ヒョ (hyo)
ミャ (mya) ミュ (myu) ミョ (myo)
リャ (rya) リュ (ryu) リョ (ryo)
ギャ (gya) ギュ (gyu) ギョ (gyo)
ジャ (ja) ジュ (ju) ジョ (jo)
ヂャ (ja) ヂュ (ju) ヂョ (jo)
ビャ (bya) ビュ (byu) ビョ (byo)
ピャ (pya) ピュ (pyu) ピョ (pyo)

A noter :

  • Il n’y a pas de kana pour les sons : yi, ye, wu
  • Certaines mores sont représentées de deux façons : normale (syllabe principale) et minuscule (servent à allonger une syllabe ou à en former une autre à partir d’une syllabe principale).