bonsaï japonais

bonsaï japonais

Le Bonsaï (盆栽), couramment appelé « arbre nain », est un arbuste Japonais cultivé à l’intérieur d’un pot. La particularité des Bonsaï réside dans leur apparence mature pour leur petite taille. En effet, le bonsaï est une représentation miniature d’un arbre adulte en pleine nature. La culture du bonsaï est un art traditionnel Japonais remontant à plusieurs centaines d’années et est perçue comme un art symbolique d’une grande sagesse. La forme unique des arbustes est ainsi obtenue via la combinaison de plusieurs techniques telles que la taille des branches, des racines dans le but d’en faire une parfaite représentation d’un arbre naturellement mature.

Histoire du Bonsaï

A l’époque de la dynastie des Han, dans les années -200, les Chinois avaient déjà l’habitude de cultiver les arbres dans des pots, alors appelés penjing (盆景). A cette époque, ce type de culture visait déjà un but esthétique mais était uniquement destiné aux grands visages du pays. Ainsi, la première fresque murale représentant ces arbres miniatures fut découverte dans le tombeau du prince Zhang Huai de la dynastie Tang (618 à 907) et représentait deux hommes portant un paysage ainsi qu’un vase contenant un arbre.

Ce n’est qu’à l’époque de Heian (794-1192) que le bonsaï aurait vu le jour au Japon. En effet, avec l’arrivée du bouddhisme zen au pays du soleil levant, les bonsaïs furent perçus en tant qu’art. En effet, les arbres nains représentaient alors le lien entre l’homme et la nature ainsi que la longévité. Cependant, alors considérés comme un art noble, le bonsaï était réservé aux personnes les plus riches du pays.

Il faudra attendre l’année 1644, lorsqu’un fonctionnaire chinois du nom de Chu Shun-sui entre sur le sol Japonais avec sa collection d’arbres, pour que l’art du bonsaï soit intégré à la culture Japonaise et à l’ensemble du peuple. Même si la culture des bonsaïs était déjà connue des pratiquants Japonais, c’est pendant l’époque Edo (1603 – 1868) que la pratique gagne en popularité pour s’étendre à l’ensemble du pays.

Au XIXème siècle, à la fin de l’époque Edo, le Japon féodal se termine sous le règne de l’empereur Meiji. A ce moment, le Japon ouvre ses frontières au commerce avec l’Occident et commence à faire connaître le bonsaï à l’ensemble de l’Europe. Depuis cette époque, et aujourd’hui encore, le bonsaï est représenté en Europe comme étant le raffinement de l’art Japonais. Il faudra cependant attendre les années 1960 (après la seconde guerre mondiale), pour que le bonsaï devienne populaire à travers le monde entier.

De nos jours, la pratique et la culture du bonsaï est particulièrement appréciée par les personnes âgées, étant devenue une activité des plus parfaite pour la retraite.

Technique et Culture du Bonsaï

La culture du bonsaï est une discipline qui demande une technique particulière ainsi que de nombreuses heures de pratiques. En effet, c’est un art difficile à perfectionner et qui demande un temps conséquent. Certains voient leurs arbustes comme leurs propres enfants et peuvent passer plusieurs heures par jour à les entretenir pour conserver une grande durée de vie (si mal entretenu, un bonsaï peut en effet mourir en quelques jours seulement). Ainsi, différentes techniques sont à prendre en compte pour la culture traditionnelle :

  • Le bonsaï doit être placé dans un socle adapté à ses besoins. En effet, afin d’éviter la pourriture des racines et de la terre, il est important d’adopter un socle drainant qui ne doit pas retenir l’eau plus que nécessaire à l’arbre nain.
  • Le facteur le plus important à la vie d’un bonsaï réside dans sa façon d’être arrosé et à quelle quantité. C’est un arbre fragile, il ne convient donc pas de simplement le tremper dans l’eau ou de le remplir à l’arrosoir. Le technique la plus courante et la plus adapté consiste en une fine pluie au-dessus du feuillage.
  • Quelle que soit la nature de votre bonsaï, la luminosité jouera une part importante dans son développement. Un bonsaï sans lumière n’aura en effet qu’une durée de vie limitée. Le taux de lumière ou de soleil apporté devra dépendre du type d’arbre.
  • Sans pour autant être exposé à de violentes bourrasques, un bonsaï doit se trouver dans un endroit agréable à vivre et ou l’air y circule facilement. Un bonsaï étouffé ne sera pas en mesure de produire de belles feuilles.
  • Une inspection journalière est nécessaire afin de s’assurer de la bonne santé de l’arbre. Vérifier la couleur des feuilles, s’assurer de la non présence de parasites ou d’insectes, c’est un travail minutieux à pratiquer au quotidien.
  • La taille du bonsaï aura un impact plus qu’évident à son développement. En effet, cela décidera de son sens de pousse, de sa longueur, de sa largeur, de la disposition de ses branches et de ses feuilles. La taille est une pratique difficile qui demande plusieurs heures d’entrainement avant d’être un minimum métrisée. Evidemment, la coupe dépendra principalement du type d’arbre et de la saison.
  • Le pot utilisé devra être soigneusement choisi en fonction de l’espèce du bonsaï

Ainsi, et ce afin d’obtenir un bonsaï en parfaite santé, il est important de savoir gérer la coupe de la cime, la régularisation de ses apports nutritifs ou encore la coupe de ses feuilles et racines. Les branches seront modelées par des techniques de ligature, d’orientation du pot ou encore de rempotage.

Types de Bonsaï

Il existe plusieurs types de bonsaï, chacun ayant des caractéristiques propres en fonction de l’espèce et de la culture apportée :

  • Chokkan : Le tronc forme une ligne verticale parfaitement droite.
  • Tachiki : Le tronc forme une ligne avec des courbes.
  • Shakan : Le tronc est incliné d’un côté, représentation d’un vent qui souffle.
  • Kengai : Le tronc est tombant, descendant plus bas que la hauteur du sol.
  • Han-Keigai : Le tronc est tombant, mais ne dépasse pas la hauteur du pot.
  • Bankan : Le tronc est torsadé et s’enroule sur lui-même.
  • Bunjingi : Le tronc est mince et dénudé, les feuilles sont présentes sur le haut du bonsaï
  • Hôkidachi : Le tronc disperse les branches en un point central, les feuilles formant ainsi un cercle ou un ovale.
  • Fukinagashi : Le tronc ainsi que les branches sont penchés du même côté, signe d’un vent fort.
  • Neagari : Les racines du bonsaï sortent au-dessus du niveau de la terre.
  • Sekijojû : Les racines enlacent la roche avant de plonger sous terre.
  • Ishitsuki : Le bonsaï est planté dans la roche.
  • Sabamiki : Le tronc est fendu.
  • Sharimiki : Le tronc est écorcé.
  • Nejikan : Le tronc est tortueux et enroulé sur lui-même.
  • Takozukuri : Le tronc est sinueux.
  • Bonkei : Représentation d’un paysage entier.