le vélo au japonAu Japon, que ce soit pour un court voyage ou pour toute une vie, le vélo se trouve être le moyen de transport pratique et peu coûteux par excellence. Proposant un transport à la fois aisé et particulièrement adapté au pays du soleil levant, il se trouve être très confortable, et ce principalement à Tokyo ou certains métros sont noirs de monde à toutes heures. De plus, le vélo convient très bien à la température ambiante généralement plus élevée qu’en France.

Pourquoi utiliser le vélo au Japon ?

Au Japon, les principaux moyens de transport sont le train, le métro, le taxi ainsi que le vélo, qui offre des avantages non-négligeables par rapports aux autres.

En effet, en plus d’offrir une totale liberté lors de vos déplacements, le vélo se trouvera être votre meilleur ami lors de déplacements courts ou modérés à travers la ville, pouvant s’attacher et être déposé dans de nombreux endroits.

Autre avantage, son coût. Bien qu’offrant une durée de voyage plus longue que les autres transports en commun (et encore, les taxis peuvent facilement se trouver bloqués dans la circulation et les métros demandant souvent un temps d’attente en plus des arrêts à chaque station), le vélo trouvera tout son intérêt dans les économies réalisées. En effet, les transports coûtant extrêmement chers au Japon, et particulièrement à Tokyo, il vous sera facile d’économiser plusieurs centaines de Yen dans le mois. Un vélo standard vous coûtera ainsi entre 6.000 et 12.000 Yens à l’achat (selon s’il s’agit d’un vélo neuf ou d’occasion), probablement rentabilisé dès les deux premiers mois.

Conditions d’utilisation d’un vélo au Japon

Au Japon, chaque vélo se trouve être enregistré au même titre qu’un autre véhicule, et possède donc un numéro d’immatriculation. A l’achat, il vous sera demandé de remplir un formulaire en indiquant entre autres votre adresse. Vous pourrez également souscrire à une assurance pour 500 Yens, principalement en cas de vol.

L’immatriculation, obligatoire, n’est pas le seul point commun avec les véhicules à moteur. Le code de la route est donc à respecter, aussi bien en roulant qu’à l’arrêt. Garer son vélo de façon inconvenante pourrait vous coûter une amande de  3.000 Yens, en plus d’une visite à la fourrière.

Règles de circulation à respecter à vélo

Depuis le 1er juin 2015, la loi Japonaise concernant la circulation urbaine a grandement évolué. Ainsi, commettre deux violations sur trois ans entraînera une obligation de prendre un cours de sécurité routière. De ce fait, voici une liste des principales règles à respecter :

  • Circuler à gauche.
  • Ne pas circuler sous l’influence de l’alcool.
  • Utiliser les parkings spécialement prévus pour les vélos.
  • Ne pas rouler sur les trottoirs qui ne présentent pas le sigle de piste cyclable.
  • Laisser la priorité aux piétons, et ce, en toutes circonstances.
  • Respecter les feux et les panneaux de signalisation.
  • Obligation de posséder des freins fonctionnels.
  • Ne pas téléphoner/écouter de la musique en roulant.
  • Ne pas utiliser de vélo sous l’influence d’alcool.
  • Obligation de posséder un phare avant.

Selon les statistiques officielles, il y aurait environ 75 millions de vélos en circulation au Japon, et ce, pour une population de 127 millions d’habitants.