époque muromachiL’époque de Muromachi, qui s’étend de 1333 à 1573, succède à l’époque Kamakura et précède la période Azuchi-Momoyama. Elle est marquée par l’installation des Shoguns dans le quartier de Muromachi, notamment le Shugun Ashikaga Takauji. Cette période est perçue comme étant le début du Japon moderne, de par un développement culturel particulièrement important.

Muromachi – Cour du Nord et Cour du Sud

L’empereur Go-Daigo, alors homme d’état détesté en raison du montant de ses impôts (qui permettent généralement de financer un train de vie bien au-dessus de la moyenne), se retrouve être envoyé en exil par le Shogun Ashikaga Takauji. C’est à ce moment-là que le gouvernement militaire est déplacé à Muromachi, au cœur de la ville de Kyoto.

Dans les montagnes de Yoshino (au sud de Nara), Go-Daigo décide de créer son propre gouvernement, la « Cour du Sud ». De même, Ashikaga Takauji décide de fonder la « Cour du Nord », en opposition directe à ce dernier. C’est le début de la « période des Cours du Nord et du Sud ». Ces deux gouvernements séparés existeront pendant près de 50 ans avant d’être réunifiés par Ashikaga Yoshimitsu en 1392 (suite à la reddition de la Cour du Sud).

Règne d’Ashikaga Yoshimitsu

Yoshimitsu se trouve être l’un des plus grands Shoguns de la famille Ashigaka, puisqu’il permet un fort taux d’enrichissement du pays, que ce soit d’un point de vue financier ou culturel. C’est en effet sous son règne que les nombreux échanges avec la Chine reprennent.

Ainsi, le Japon bénéficie de nouvelles cultures propres à la Chine, comme la porcelaine ou encore la peinture. De même, la plupart des innovations culturelles émanent du bouddhisme zenm, encore particulièrement rependu au sein des samouraïs. Malgré plusieurs querelles ainsi qu’un affaiblissement certain de l’autorité des Shoguns sur les Daimyos, cette époque reste l’une des plus importantes pour le développement des échanges commerciaux, des villes fortifiées, de l’artisanat ainsi que de l’agriculture moderne.

Renouvellement du Japon et époque Sengoku

C’est sous le règne d’Ashikaga Yoshimasa (1436-1490), durant la période Muromachi, que le Japon connait une période de dislocation, durant laquelle les chefs de guerre provinciaux (comme le clan Hosokawa) décident d’acquérir plus de pouvoir.

C’est durant cette période de troubles que Kyoto se retrouve être la proie des flammes (durant la guerre d’Onin, qui durera 10 ans), laissant alors un champ de bataille dénué de vainqueur. C’est le début des guerres civiles, Sengoku Jidai.

Ascension d’Oda Nobunaga

Ces guerres civiles, ou Sengoku Jidai, prennent fin avec l’ascension d’Oda Nobunaga, qui écrase le clan des Inagawa (dominant alors Kyoto et menaçant la famille Ashikaga). Lorsque celui-ci décide d’envahir la ville, il choisit de laisser le Shogun Ashikaga Yoshiaki au pouvoir, avant de le chasser et de prendre sa place quelques années plus tard. C’est le début de l’époque Azuchi Momoyama.

Muromachi : le siècle des chrétiens

L’époque Muromachi est également marquée par l’arrivée des premiers chrétiens au Japon, en 1543. Ceux-ci apportent les premières armes à feu du pays, Nobunaga en commandera 500 pour ses armées.

Cependant, cette ouverture sur l’Europe laisse place à l’arrivée du Christianisme, qui fera rapidement 150.000 convertis.

Durant le siècle qui suit, la religion devenant alors une menace pour le bouddhisme, les missionnaires se retrouvent être persécutés et expulsés du pays. En effet, plus de 20.000 d’entre eux se font massacrer durant la révolte de Shimabara, en 1637.