chōnaikaiChōnaikai

Un chōnaikai, ou « association de quartier » (町内会), est une association d’habitants d’un même quartier ou d’un même village. Au Japon le chōnaikai représente une partie importante de la société et est donc présente dans de nombreux quartiers et communes.

 

Origine du chōnaikai

En 1868, pendant la restauration de Meiji, la Japon était divisé en pas moins de 70.000 villes et villages, rendant ainsi la taille des municipalités beaucoup trop petite. Pour remédier à cela, plusieurs villes et villages furent fusionnés, dans le but de limiter le pouvoir des petites communautés. C’est après cette vague de fusion, et ce afin de conserver les structures communautaires des quartiers, que furent mis en place les premiers chōnaikai.

A ce moment encore méconnues, ces associations de quartier prirent toute leur importance durant la seconde guerre mondiale. En effet, prenant leur rôle particulièrement à cœur, ces associations prirent une importance quotidienne dans la protection des quartiers contre les incendies et les bombardements, dans l’entretien des bâtiments et abris publics ou encore dans la distribution de vivres et des produits hygiéniques primordiaux.

Aujourd’hui, les chōnaikai sont devenus une partie intégrante de la société Japonaise et sont présents dans un grand nombre de villes et villages nippons… De ce fait, il existe même une fédération nationale du chōnaikai.

 

Chōnaikai dans la société Japonaise.

Au Japon, on ne peut pas intégrer le chōnaikai en tant qu’individu. En effet, lorsque l’on rejoint l’association, c’est en tant que foyer, et donc en tant que famille entière. Les chōnaikai n’ayant que peu de membres ou peu d’habitants dans leur quartier peuvent intégrer diverses entreprises en tant que membre associé pour répondre aux besoins financiers de l’association.

De ce fait, tout foyer qui s’installe dans un quartier est invité à devenir membre du chōnaikai local. Même si le choix est facultatif, il est souvent très mal perçu de refuser cette intégration (lorsque l’on en fait pas parti, on peut être perçu comme un étranger au sein de son quartier). En ce qui concerne les locataires tels que les étudiants, il n’est nullement besoin d’intégrer le chōnaikai puisque l’on part du principe que l’on est membre du foyer du propriétaire.

Généralement, une association de quartier compte environ 50 foyers. Un comité de prévention est mis en place, principalement pour diriger le chōnaikai et mettre en place une structuration des tâches telles que la gestion des évènements en cas de catastrophes, la lutte contre les incendies (organisation d’exercices de secouristes avec les pompiers), la protection contre les cambriolages ou encore l’organisation des fêtes locales.

Le chōnaikai partageant souvent le territoire communal, il représente une partie de la municipalité. De ce fait, l’association est généralement mise au courant des dossiers communaux, des informations importantes à transmettre aux habitants et peut être intégré aux décisions importantes concernant le quartier. De plus, du fait de la potentielle présence des membres importants du chōnaikai dans certains comités administratifs, il peut avoir un certain pouvoir d’influence auprès de ses membres, notamment en ce qui concerne les élections municipales.

 

Activités du chōnaikai

Voici une liste des activités et obligations d’un chōnaikai

Relations avec les autorités municipales

  • Communications avec la mairie, participation aux comités municipaux
  • Transmission de demandes, requetés et avis à la mairie

Sport et Culture

  • Aide à l’éducation et aux loisirs des enfants
  • Promotion d’activités éducatives et d’épanouissement corporel pour les adolescents
  • Gestion des salles de rencontre de l’association
  • Activités culturelles
  • Activités sportives et d’épanouissement corporel
  • Organisation de manifestations

Intérêt général

  • Organisation de visites médicales
  • Entretien de la propreté et de l’hygiène dans le quartier
  • Protection contre la pollution
  • Aide a la vie des personnes âgées
  • Aide aux personnes ayant un handicap
  • Traitement et collecte des déchets
  • Activités de recyclage
  • Embellissement et nettoyage du quartier
  • Gestion et entretien de voies de circulation

Prévention et sécurité

  • Organisation d’activités (exercices) de protection et de lutte contre le feu
  • Autres activités (exercices, alertes) de protection contre les désastres
  • Mesures de réaction en cas de dégâts dus a des catastrophes naturelles
  • Prévention contre le crime et la délinquance
  • Organisation d’actions de sécurité routière