mariage shintoCérémonie de mariage Shinto au Japon

La cérémonie de mariage shinto, ou shinzen shiki (神前式 « cérémonie devant les divinités ») est la cérémonie de mariage japonais traditionnelle, d’origine shintoïste.

Histoire

La cérémonie de mariage Shinto date de l’ère Meiji (1868-1912). Ce style de mariage se trouve être directement influencé par les cérémonies chrétiennes occidentales qui commencent à voir le jour au Japon. A cette époque, et ce dans un but d’unification des deux familles, le mariage Japonais était célébré au domicile du mari et sous le regard des dieux.

C’est en 1900, pour le mariage Japonais de l’empereur Taishō, que la cour impériale du Japon cherche à créer une cérémonie officielle avec des rites propres. C’est après plusieurs cérémonies et corrections que cette liturgie devient la pratique officielle au Japon.

Cette cérémonie Shinto restera populaire et particulièrement pratiquée jusque dans les années 1980. En effet, durant cette période, le mariage occidental et les cérémonies chrétiennes deviennent de plus en plus exercées au Japon. Cependant, dans les années 2000, et ce principalement à la suite de plusieurs mariages de personnalités célèbres telles que la princesse Sayako, la pratique du mariage shinto tend à reprendre de son influence. Aujourd’hui, au Japon, la cérémonie chrétienne représente 60% des mariages contre 16% pour la cérémonie shinto.

Déroulement de la cérémonie de mariage shinto

Officialisée en 1900, le mariage shinto (shinzen shiki 神前式), se déroule généralement dans un sanctuaire shinto. Il ne s’agit que de la cérémonie, le mariage officiel devant déjà être effectué au préalable et reconnu en mairie (pour la cérémonie, les papiers pour prouver le mariage sont obligatoires).

Généralement, il est de coutume que la mariée, ou yome (嫁) porte un kimono de mariage blanc à manches longues, ou shiro-muku (白無) qui symbolise la virginité et le dévouement à son mari. La cérémonie de purification est menée par un prêtre shinto ainsi que par des miko (jeunes femmes au service du sanctuaire shinto) et se déroule en plusieurs étapes :

  • Rituel de purification des deux époux et prières du prêtre ainsi que des miko
  • Offrandes de nourriture et de saké pour attirer la bénédiction des dieux
  • Litanie norito ((祝詞), prières rituelles du prêtre envers les divinités
  • Moment le plus important de la cérémonie. Les deux époux boivent le saké appelé miki ((神酒), suivant un schéma précis, le Sankon no gi, ou la cérémonie des trois coupes (三献の儀) : le mari boit la première coupe (sakazuki, représentation du passé, du respect envers les ancêtres) qui est à nouveau remplie, puis l’épouse la boit à son tour. Elle boit alors la seconde coupe (représentation du présent, de l’amour et la fidélité entre les deux époux), qui est à nouveau remplie avant d’être bue par le mari. Enfin, le mari boit la dernière coupe (représentation du futur, de l’engagement des époux à fonder un foyeux dans le bonheur) qui est remplie et bue par la femme.
  • Echange des alliances et lecture des vœux et serments de mariage des deux époux.
  • Offrande de tamagushi (offrande shinto fabriquée à partir d’une branche de sakaki décorée de bandes découpées de papier washi ou de soie) aux kamis et aux esprits par le prêtre et les époux.
  • Liens entre les deux familles et partage du vin sacré entre chacun des membres.
  • On dépose les offrandes de nourriture et du miki pour les divinités avant de conclure la cérémonie.

Ainsi, la cérémonie traditionnelle Shinto vise à unir non seulement le couple d’époux, mais symbolise également l’union entre les deux familles.

A noter qu’un mariage japonais, qu’il soit Shinto ou non, coûte très cher, avec une moyenne plus élevée qu’en France (pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros). De plus, plus la date choisie est favorable vis-à-vis du calendrier bouddhiste, plus les prix sont élevés.

Au Japon, il est possible d’assister à certaines cérémonies de mariage shinto. A Tokyo, par exemple, il vous sera permis d’en observer au sanctuaire MeijiJingu du parc Yoyogi. Cependant, seules les cérémonies en extérieurs peuvent être ouvertes au public.

Plus d’informations sur le mariage entre ressortissants français et japonais.