célibataire parasiteLe célibataire parasite (パラサイトシングル) est une expression Japonaise désignant une tendance de la société Japonaise consistant à refuser le mariage dans le but de vivre plus longtemps chez ses parents, profitant ainsi d’une vie confortable et sans soucis (le terme cible les personnes de plus de 25 ans).

Qu’est-ce que le célibataire parasite ?

En France, la plupart des jeunes brûlent d’impatience de quitter le foyer familial, que ce soit pour habiter seul, en colocation, avec des amis ou encore en couple. De ce fait, il est parfaitement normal de couper le lien avec la maison parentale avant 25 ans afin de prendre sa liberté.

Au Japon, cette tendance n’est pas du tout la même, se rapprochant même, pour un grand nombre de personnes, de l’opposé. En effet, au pays du soleil levant, il est courant, voir normal, de rester vivre chez ses parents jusqu’au mariage.

En effet, même si beaucoup de célibataires parasites travaillent et gagnent suffisamment d’argent pour vivre, il est plus intéressant pour eux de ne pas quitter le domicile familial afin de profiter des avantages financiers liés à celui-ci. Les loyers étant élevés au Japon, il est préférable de conserver son argent pour s’amuser ou sortir avec des amis. Ces célibataires parasites seraient de ce fait plus de 10 millions (entre 20 et 35 ans).

Origines du célibataire parasite

Le terme de « célibataire parasite » a été utilisé pour la première fois au Japon en 1997, par le professeur Masahiro Yamada, dans son livre « l’ère des célibataires parasites ». L’expression s’est rapidement répandue à travers les médias pour être utilisée dans l’ensemble du pays. Aujourd’hui, l’expression est principalement utilisée pour décrire la jeunesse moderne du Japon.

Cependant, ce phénomène attire généralement le conflit, puisque beaucoup de personnes restent en désaccords avec les propos évoqués par Yamada. En effet, il est surtout question de causes et de circonstances, obligeant parfois certains jeunes à rester chez leurs parents par obligation ou nécessité (chômage, argent…)

Un phénomène devenu courant

Aujourd’hui, le célibataire parasite est devenu chose courante au Japon. En effet, en 2014, il a été annoncé que plus de 70% des célibataires entre 20 ans et 29 ans vivent encore chez leurs parents. Ces personnes étant souvent nourries, logées et blanchies gratuitement, beaucoup souhaitent tout simplement vivre chez leurs parents et ce jusqu’au mariage.

La raison principale de ce phénomène chez les jeunes Japonais est l’avantage économique. En effet, dans des villes telles que Tokyo, ou les loyers sont généralement assez élevés, les jeunes célibataires ne voient pas l’intérêt de dépenser leur argent inutilement. Devenir indépendantes demande des ressources financières ainsi qu’une baisse significative du niveau de vie dont les jeunes préfèrent se passer. De ce fait, il est plus intéressant de vivre gratuitement afin de pouvoir profiter de son argent pour sortir, s’amuser, acheter des biens personnels ou économiser pour une vie de famille future.

Outre l’envie de ne pas dépenser son argent, ces célibataires parasites peuvent également souffrir du chômage et de la situation économique du pays. Là où les emplois à temps pleins peuvent être difficiles à trouver, les petits boulots sont souvent mal payés et dégradant pour la personne, qui ne veut pas devenir un Freeter. D’autres, ne sont tout simplement pas prêts ou motivés pour trouver un emploi en entreprise et préfèrent simplement profiter d’un confort gratuit, on dit de ces personnes qu’ils sont des NEET.

Les femmes, quant à elle, on souvent peur de s’engager à travers le mariage. En effet, le mariage représente le départ d’une nouvelle vie, avec l’impossibilité de revenir en arrière. Pour la femme mariée, il convient généralement de se tourner plus vers les enfants et la famille qu’envers son travail, ce qui aurait tendance à pousser l’hésitation. De plus, les femmes attendent principalement de leur mariage qu’il améliore leur niveau de vie (les femmes choisissant de rester au foyer attendront de son mari qu’il gagne suffisamment d’argent pour entretenir toute sa famille). De ce fait, ces femmes-là rechercheraient la liberté, une vie facile et sans obligations, la possibilité de pouvoir dépenser leur argent comme elles l’entendent et sans se préoccuper du sacrifice demandé par les enfants.

Pour certains, il s’agit simplement d’un manque d’effort de la part des jeunes d’aujourd’hui, dénonçant ainsi une génération trop gâtée et qui en perd l’envie de travailler. Pour d’autres, ces jeunes mettent en péril l’ensemble du Japon en refusant de se marier et donc d’avoir des enfants (les enfants hors mariage sont particulièrement rares au pays du soleil levant). Enfin, certaines personnes accusent tout simplement le manque de communication de la nouvelle génération, qui ne prend plus le temps de parler aux gens autour d’eux, se contentant majoritairement de se renfermer dans leur bulle et leur cercle d’amis.

Pour ces raisons, le phénomène de célibataire parasite prend, de nos jours, de plus en plus d’ampleur, augmentant ainsi l’âge moyen du mariage ainsi qu’une baisse du taux de natalité au Japon.