bataille de ramree

La bataille de Ramree, généralement méconnue, s’est déroulée entre janvier et février 1945, durant la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, elle intervient durant la campagne birmane.

Ramree, une île stratégique

L’île de Ramree (ou Yangbye Kywan) se situe au large de la côte birmane et se trouve être un point stratégique important de la guerre. En 1942, l’armée impériale Japonaise s’en empare et y établit une base solide. Cependant, en 1945, les Alliés décident de la reprendre dans le but d’y installer une base aérienne capable de contrôler l’ensemble des îles alentours. Au début de la bataille, les forces Japonaises sur place sont composées du 121ème régiment d’infanterie, dirigée par le colonel Kanichi Nagazawa.

Ramree, la bataille des crocodiles

Si la bataille de Ramree a laissé une trace dans l’histoire, c’est principalement dû au fait que les soldats Japonais devaient non-seulement affronter une menace humaine, mais également un danger animal tout aussi dangereux et effrayant : les crocodiles. En effet, l’histoire veut que de nombreux soldats se soient faits dévorer vivants par les milliers de crocodiles d’eau salée qui peuplaient alors les marécages intérieurs. La bataille a été classée comme étant « le pire désastre de crocodiles dans le monde ».

Déroulement officiel de la bataille de Ramree

La bataille de Ramree aurait débuté avec le lancement de l’opération Matador, attaque visant à capturer le port de Kyaukpyu, au nord de l’île. Les Alliés ayant découvert un renforcement massif de la défense Japonaise, l’attaque fut soutenue par un cuirassé ainsi qu’un porte-avions.

C’est le 21 janvier que l’ordre du bombardement fut donné, autorisant ainsi le cuirassé HMS Queen Elizabeth à ouvrir le feu. La plage de Ramree fut entièrement mitraillée et balayée, permettant aux troupes d’assaut d’en prendre la possession sans la moindre résistance japonaise.

Le 26 janvier, une attaque massive contre la garnison japonaise fut ordonnée. Malgré une lourde résistance, les Japonais furent très vite en sous-nombre face aux Brigades d’Infanterie Indiennes et aux unités de la Royal Marine. Entièrement débordés, les 900 soldats restant de l’armée japonaise furent contraints d’abandonner la base et de fuir en direction d’une garnison plus importante au cœur de l’île. Cependant, la route les séparant des renforts les obligeait à passer par plus de 10 kilomètres de mangrove, de boue et de marécages. Pris au piège, l’armée impériale japonaise a du non-seulement lutter contre les maladies et autres moustiques tropicaux, mais également contre les crocodiles d’eau salée, réputés comme étant de véritables tueurs d’hommes.

La pire attaque de crocodiles de l’histoire

Dans son livre de 1962, « Wildlife Sketches Near and Far », le soldat britannique Bruce Stanley Wright a écrit :

« Cette nuit du 19 février 1945 était la plus horrible que tous les membres des équipes de ML aient jamais connue. Les coups de fusil dispersés dans le marais noir perforé par les cris des blessés écrasés dans la gueule des reptiles et le son inquiétant et flou des crocodiles tournoyants ont fait une cacophonie d’enfer qui a rarement été reproduite sur terre. »

Au matin, l’armée britannique constata que sur les 900 soldats japonais ayant tenté de fuir, seuls une vingtaine étaient encore en vie, luttant entre la vie et la mort.