TOKYO – 16 octobre 2018

Malgré le fait que cela pourrait représenter un frein au développement économique du pays, le gouvernement japonais a pris la décision d’augmenter la taxe de vente d’ici 2019. Cette action, visant initialement à réduire la dette publique du pays du soleil levant, risque de poser d’autres soucis à court terme.

Aujourd’hui, le Japon fait en effet face à des frais médicaux particulièrement élevés. Dans un pays qui se veut être vieillissant, la dette ne fait que gonfler. En ce sens, il est prévu d’augmenter la taxe d’achat de 8% à 10% à partir du mois d’octobre prochain (cette augmentation était tout d’abord prévue pour octobre 2015, mais a été repoussée de 4 ans).

Selon les dires du secrétaire général Yoshihide Suga, « le gouvernement fera de son mieux pour éviter tout impact négatif sur l’économie, et ce, en prenant toutes les mesures nécessaires ». En effet, il est prévu que certaines subventions soient misent en place afin de compenser l’impact de la hausse de cette taxe de vente (cela concernerait principalement l’immobilier ou les voitures respectueuses de l’environnement).

Enfin, le gouvernement de Shinzo Abe promet que le produit de la hausse des impôts va en partie permettre le financement de crèches gratuites afin d’encourager les Japonais à avoir plus d’enfants tout en continuant à travailler.