Dans la mythologie Japonaise, Amaterasu (Amaterasu-O-mi-kami) est la déesse du soleil et des hautes plaines célestes, Takama-no-hara. Dans le folklore Japonais, Amaterasu est l’ancêtre même de tous les empereurs du pays et la plus importante divinité de la religion shintoïste. Le drapeau japonais est d’ailleurs une représentation de la déesse du soleil.

Amaterasu, déesse du Japon

Légende d’Amaterasu

Amaterasu est la sœur du dieu de la lune Tsukuyomi et du dieu des tempêtes Susanoo. Elle est née de l’œil gauche d’Izanagi, lorsque celui-ci procédait à une cérémonie de purification après son voyage au pays de Yomi, le royaume des morts. Le Visage d’Amaterasu était si pur que son père l’envoya diriger le royaume des cieux, lui remettant ainsi un collier sacré de 500 perles.

Un jour, lassée des offenses répétées de son frère Susanoo, qui avait notamment écorché un cheval sacré pour en déposer la dépouille dans sa demeure, Amaterasu se retira du royaume des cieux pour se couper du monde. Elle s’enferma donc dans une caverne, plongeant le monde dans une nuit sans fin. Pour l’en faire sortir et retrouver l’équilibre du monde, les autres divinités placèrent un grand miroir (aujourd’hui symbole de la déesse) devant l’entrée de la grotte, puis annoncèrent qu’ils avaient trouvé une déesse aussi belle et radieuse qu’Amaterasu pour la remplacer. Celle-ci sorti de sa cache par curiosité de voir quelle divinité pouvait la remplacer et se trouva face au miroir reflétant son propre visage. Elle décida alors de reprendre sa place à la condition que son frère Susanoo soit banni du royaume des cieux. Celui-ci se racheta par la suite en lui remettant le sabre sacré Kusanagi no Tsurugi en guise d’offrande.

Amaterasu dans la culture Japonaise

Dans un but d’unification entre les royaumes des Cieux et celui de la Terre, Amaterasu envoya son petit-fils Ninigi pour la gouverner. Lors de son départ, elle lui transmit Kusanagi no Tsurugi, le miroir sacré Yata no Kagami ainsi que Yasakani no Magata, trésor sacré. Ces trois objets furent transmis au tout premier empereur du Japon, Jimmu, et représentent aujourd’hui les trois trésors sacrés du Japon.

Amaterasu, en guise d’offrande pour le peuple de la terre, créa la culture des champs de riz et de blé et inventa l’art du métier à tisser (la légende veut qu’Amaterasu confectionne elle-même les vêtements de cérémonie des autres divinités). De plus, elle transmit l’élevage des vers à soie.

Aujourd’hui, Amaterasu est vénérée sur l’ensemble du territoire Japonais. Cependant, son temple le plus ancien et sacré reste le temple Naikû de la religion shinto. Ce temple, érigé à Ise à Honshu, est entièrement détruit tous les vingt ans pour être reconstruit à son été d’origine.